Fit diary #2__Faisons le point

Cela fait bientôt près de 2 mois que j’ai commencé mon rééquilibrage alimentaire en parallèle du sport et les premiers résultats se font déjà sentir.

Déjà 4 kilos de plus sur la balance et un corps beaucoup plus tonique, ainsi que l’arrêt définitif de la vape !

J’ai apprit, pas à pas, à apprécier ce nouveau corps mais sans mentir ça n’ a pas été simple… Voir ce corps s’arrondir a été une épreuve que je commence tout juste à surmonter, en bref j’apprends toujours à m’aimer.

Premier changement ma cuisine. Cette pièce que je n’utilisais jamais est devenue ma meilleure amie. J’ai entrepris de la réaménager complètement et de la rendre plus fonctionnelle, me permettant ainsi de bien m’organiser pour que cuisiner devienne un plaisir.

Ensuite, partant d’une faible expérience culinaire, j’ai fait l’acquisition d’un thermomix TM6 qui m’aide le lundi soir à l’élaboration de tous mes plats de la semaine. Accompagnée par mon coach, j’ai vraiment beaucoup apprit sur la façon dont un être humain doit se nourrir et sur ses besoins. Je suis donc fière de dire que je mange de tout, je ne me restreint plus du tout et mon moral s’en ressent grandement !

Et pour terminer une organisation à toute épreuve a été la clef de ma motivation pour ne rien lâcher :

-lundi : courses + meal prep pour toute la semaine + salle abdos/fessiers

-mardi : salle bras/jambes

-mercredi : épaules/dos/abdos

-jeudi : course du week-end avec Chéri + cardio/zumba

Pourquoi la zumba ? Étant d’une naturel plutôt timide et gauche, la zumba me permet de prendre un peu plus confiance en moi, dans mon corps et de sa mobilité dans l’espace.

Et le week-end c’est repos.

La route, comme toujours, est encore longue mais c’est plus motivée que jamais que je continue de la parcourir.

Boo

Fit diary #1_ bouffe story

Nouvelle rubrique sur le blog, je vais vous parler de mon rééquilibrage alimentaire. Mais avant de commencer une vérité simple mais extrêmement compliquée à avouer : je suis atteinte de troubles alimentaires tendance anorexique.

52 kilos c’est le poids « dans » lequel je me sens bien. Pour l’atteindre au vue de ma taille (1m68), il me faut consommer moins de 300 calories par jour. 52 kilos c’est le poids que je faisais il y a encore un mois de cela. Avant la prise de conscience.

J’avais froid, j’avais faim, j’étais fatiguée, nauséeuse et en détresse émotionelle permanente. Je me pesais deux voir trois fois par jour et la moindre calorie ingérée devenait ma pire ennemie. Et pourtant je suis déjà descendue bien plus que cela à l’adolescence. Parce que ce qui est terrible avec les TA c’est qu’ils ne vous quittent jamais vraiment.

À mon entrée en fac je pesais 56kilos, à ma sortie 67. Et pourtant je ne m’aimais toujours pas plus. Mais je pensais en avoir terminé avec la faim : je mangeais ce que je voulais, quand je le voulais. Et puis tout doucement j’ai augmenté ma consommation de cigarette et mon poids a diminuer légèrement : de 67 kilos je suis tombée à 63, et à mon grand étonnement quand j’y repense, je me suis sentie bien dans mon corps pour la première fois.

Je me suis maintenue 2 ans à ce poids jusqu’à ce qu’une rupture me bouleverse tellement que je perde toute sensation d’appétit : -10kilos en 3 semaines et depuis un an je me maintiens entre 52 et 57 kilos… Le yoyo.

Résultat étant que les vieux démons refont surface et que la peur de grossir saisit chacune de mes pensées, à chaque moments de la journée. Toute mon attention focalisée sur la bouffe : l’envie et la peur.

Le déclic ? Tout simplement un ras le bol : ras le bol de passer ma vie à compter les calories, ras le bol d’angoisser à chaque passage devant le miroir, ras le bol du chant de sirène de la balance, tout simplement ras le bol d’être prisonnière de mon esprit et mon corps.

Alors, motivée par une existence normale et délivrée d’angoisses inutiles, j’ai été m’inscrire en salle de sport. Pas pour perdre du poids mais pour apprendre à dompter celui-ci de manière intelligente avec un programme adapté et des conseils sportifs et diététiques !

Le premier pas est fait, la route va être longue pour me débarrasser de toutes mes angoisses et surtout celle de grossir mais je suis motivée et je ne vais rien lâcher. Apprendre à aimer son corps et à en prendre soin, apprendre que chaque corps est unique et a des besoins spécifiques, apprendre à ne pas diaboliser la nourriture mais à la consommer sainement et avec plaisir, l’esprit sain dans le corps sain.

Boo

Journal d’une galérienne de la vie #2_je change de boulot

Un petit burn out par-ci, un peu trop de mauvaise fois patronale par-là et me revoici sur le marché du travail !

En bonne working girl du XVI siècle, je me saisis immédiatement de mon smartphone et télécharge Indeed. Je rentre la zone de travail recherchée et là c’est la panique à bord ! Un nombre incalculable d’offres d’emplois dont j’ignore même le sens de certaines !

Ni une, ni deux je lance une petite recherche Google sur comment optimiser mes chances de décrocher un job.

1er point retenu dans tous les articles traitants du sujet : mettre à jour et retravailler mon CV ! Je m’attelle donc à la tâche et télécharge un modèle en vogue ici. Je sélectionne le modèle qui me semble le plus cohérent, y ajoute une photo et vient ensuite le moment de la rédaction. Mais que dois-je mettre en avant ?

Réponse…

2nd point : créer mon portefeuille de compétence ! La tâche semble simple de prime abord mais se révèle bien plus ardue que prévu. Il s’agit en effet de trier et classer mes expériences professionnelles en plusieurs catégories :

-les missions exécutées

-mes compétences

-mes savoir faire

-mes savoir être

-mes savoir généraux

Quoique septique à la base quant à la réalisation de cette tâche, je dois bien admettre que celle-ci m’a réellement été capitale lors de la rédaction de mon nouveau CV et plus encore pour celle de mes lettres de motivation !

Bref me voilà bien armée face aux recruteurs et, à ma plus grande surprise, la méthode fonctionne puisque qu’un appel ne tarde pas et qu’un entretiens d’embauche est programmé pour un poste de chargé de clientèle !

Et après entretien d’embauche, poste obtenu !

Boo

Vapeuse je suis

Je ne vais pas m’étendre sur le principe de la vape, d’autre feront la présentation bien mieux que moi, je vais donc me contenter de vous raconter comment je me suis séparée de la clope et je vous laisse aller consulter l’excellente explication du blog du Petit Vapoteur.

Mon expérience avec la vape est quelque peu morcelée : j’ai acheté mon premier stick Eleaf il y a maintenant deux ans de ça, en juillet 2017, mais je ne m’en suis réellement servi que 3 mois après, désirant faire des économies sur mes paquets de clopes. À l’époque je tournais encore au blonde et mon paquet de 40 me faisait 1 jour et demi voir 1 jour. Je me rend compte à présent d’à quel point la quantité est impressionnante, mais à cette période ça ne m’affolait pas du tout.

J’alternais vapoteuse avec cigarette, cigarette uniquement puis, par acquis de conscience je reprenais la vapoteuse..

En fevrier/mars 2018, je décide de m’y mettre plus sérieusement et j’achète ma première box Eleaf et son clearo, je m’y tiens un petit mois avec toujours quelques clopes par ci par là et, sans grand étonnement je reabandonne, me disant que de toutes façons je n’y arrive pas et que ça n’est probablement pas fait pour moi.

Puis en septembre de la même année, alors que la vape est oubliée complètement et que je suis passée aux roulées, je rencontre Chéri, qui lui est un ex fumeur convertit à la vapoteuse depuis un peu plus d’une année

Durant nos premiers rencars, je fume clopes sur clopes, mais une part de moi culpabilise vite de l’exposer à une rechute de tabac, je prend donc une décision : lorsque Lui et moi nous verrons, je ne fumerais pas mais vaperais.

Me voilà donc à la recherche de ma CE toute neuve et presque jamais utilisée, je file en boutique racheter produit et résistances, et me voilà parée pour les prochains rendez vous avec Chéri. Touché par mon geste à son égard, il entreprend de me faire découvrir l’univers de la CE et des multiples parfums qu’il renferme.

Moi qui n’avait jamais connu que citron et tabac c’est une révélations : tarte, noix de pécan, pop corn et bien sûr la Chose ! C’est ce dernier parfum qui termine mon appropriation complète à la CE ! De 30 clopes par jour je passe à 10 avec complément CE, puis à 5, puis à 2, et à 2 tous les deux jours puis à 1 de temps en temps ; et par un jeudi ensoleillé de décembre, alors que cela faisait une semaine que je n’avais pas fumé, je prend conscience en voyant une collègue s’en griller une que cela ne me manque pas !

C’est finit pour moi : la CE a eu raison de la clope !

Les changements arrivent petit à petit, bon comme mauvais : mes crises d’asthme s’espacent jusqu’à disparaître, ma peau et mes dents paraissent moins jaunes, mes cheveux sont plus brillant, je retrouve du souffle, de l’odorat et du goût ! Mais aussi de l’appétit et je dois bien avouer que 4 kilos s’installent en 6 mois…

Cependant je réduis mon dosage en nicotine, je m’achète une vapote de compétition toujours de la marque Eleaf (box Istick et clearo Melo 4). Je me met à fabriquer mes propre produit grâce au DIY du Petit Vapoteur et malgré 2 écarts en 8 mois, je n’ai pas repris la cigarette et je me suis remise au sport !

Si j’avais deux conseils à vous donner tirés de mon expérience : trouvez vous une motivation réelle et allez à votre rythme ! Laissez vous le temps d’apprécier la vape, trouvez les goûts qui vous correspondent et apprenez à apprivoiser ce nouvel engin !

Pour conclure, mon aventure avec la CE n’est pas terminée car il me reste encore quelques étapes à franchir avant de la ranger définitivement dans le vide poche mais peu importe : je suis presque à 0mg en nicotine dans mes produits et je l’utilise de moins en moins. Peu importe le temps que cela prendra c’est une guerre que je gagnerai : celle de l’indépendance complète !

Boo

Journal d’une galérienne #1_bref, j’ai pris le taxi

Lundi dernier, normalement deuxième jour de repos pour moi et alors que je me trouve chez Chéri (précisons que Lui et moi vivons à 60 km l’un de l’autre), ma patronne m’appelle et me demande de l’accompagner à un showroom de présentation d’une marque de vêtements, qui doit précisément se tenir dans la même ville que celle qu’habite Chéri.

Problème ! Je suis venue en train pour le week-end et n’ai pas de voiture, Chéri étant partit travailler avec.

Je me dirige donc vers mon appli Uber mais à mon grand damn aucun n’est disponible et j’ai 1h40 de transport en commun pour rejoindre l’autre côté de la ville ! Je dois être présente dans 1h30 c’est la panique !

« pas de panique » me murmure ma petite voix intérieur, « réfléchi ».

J’ouvre alors Google et me met donc à la recherche d’un taxi. Les avis me font peur « en retard », « annulation au dernier moment », « malaimable « …et moi qui n’ai jamais pris le taxi…ça promet…

Quand je tombe tout à coup sur Céline taxi : les avis sont bons et elle se trouve dans la rue en face de celle de Chéri ! J’appelle, répondeur. Je retente ma chances 3 fois avant de tomber sur une femme délicieuse mais qui n’est malheureusement pas disponible pour me conduire à mon rendez vous… Cependant elle me redirige vers un de ses collaborateurs : Loic…qui me redirige vers Jéremy qui me prend en pitié et me promet de me rappeler des qu’il m’aura dégoté un taxi…

Je n’ai pas une minute à attendre qu’il me recontacte et me prévient que Laurence viendra bien me chercher !

À 12h30 tapante Laurence est là, au volant d’un Duster 4X4 climatisé. C’est avec beaucoup de professionnalisme qu’elle m’ ouvre la portière, m’installe et me fait la conversation sur la pluie et le beau temps. Une conduite souple et dynamique pour un tarif plus que raisonnable, prendre le taxi fut pour moi une première agréable dont je referais volontiers l’expérience si l’occasion se représente.

Boo

Enfin !

Après quelques années je me décide enfin à publier ici ! Serai-je suivie ? Peu importe après tout : seule la motivation que me procurera le sentiment de vous écrire m’importe !

Qui suis-je ? Appelez moi Boo🧚‍♀️

Je suis une jeune femme, la vingtaine, écrivain à ses heures perdues, mélomane à l’âme quelque peu étrange, brune aux boucles souples, conseillère en image dans le « pretap » comme on dit dans le milieu (comprenez prêt à porter), préparent les concours de bibliothécaire d’état et territorial !

Mon entourage proche est composé de mon chat et de mon conjoint.

Je vous écris depuis mon Huawei P smart 2019 et la plupart des photos que vous trouverez ici viennent de Pinterest…

En simple soyez les bienvenus dans un joli capharnaüm d’articles en tous genres !

Boo